La presqu’ile de Quiberon

Un petit paradis en pleine mer

Découpée dans l’Océan Atlantique, rattachée par son isthme à la Bretagne Sud, la Presqu’île de Quiberon s’étend sur 14 kilomètres du Nord au Sud. Elle réunit la station balnéaire et climatique de Quiberon et la commune de Saint Pierre Quiberon.

En hiver 7 221 habitants vivent sur la presqu’île, dont 5 193 à Quiberon

 

phare POrt Maria Quiberon

 

Histoire tourmentée pendant la Seconde Guerre Mondiale, dernier retranchement de la Wehrmarcht, la Presqu’île possède également des évocations plus douces…
On pense aux haltes de Sarah Bernhardt à l’Hôtel de France, devenu aujourd’hui Hôtel de ville, avant d’embarquer pour Belle-île. Plus tard, ce fût Anatole France qui trouva refuge chez son ami Cavaillet, rue des Albatros et trouva l’inspiration pour son roman L’île des pingouins. Gustave Flaubert livra ses impressions dans Par les champs et par les grèves et Alphonse Daudet y écrivit l’action de La petite paroisse.

 

surf Quiberon

 

Autre figure marquante, celle d’Eric Tabarly qui offrit Pen Duick II à l’Ecole Nationale de Voile, installée depuis 1966 à la pointe de Beg Rohu, centre d’entraînement parmi les plus pointus en Europe.

 

                  

 

En 1748, afin de se prémunir contre une attaque anglaise, le fort Penthièvre est construit à quelques mètres de l’isthme de la presqu’île. De 1841 à 1845, il prend sa forme actuelle de fortification à la Vauban et en 1933, le fort est désaffecté et classé monument historique. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sert de tribunal sommaire, de lieu d’exécution ; 59 patriotes perdront la vie.
Aujourd’hui, le fort Penthièvre est un centre d’instruction et d’initiation commando.

 

surf Quiberon

 

Terrain de jeu des riders la Côte Sauvage, placée sous la protection du Conservatoire du Littoral, est un exemple unique de site naturel intégralement préservé.
L’accès à vélo, à cheval ou aux engins motorisés y est interdit pour laisser place à la marche. Les seules empreintes laissées par l’homme sont les mégalithes.
Les vagues et le vent ont façonné de nombreuses criques, grottes et arches. La Côte Sauvage, longue de 8 kilomètres, est toujours en mouvement ; elle est accessible à pied depuis le centre de Quiberon.
La Côte Sauvage possède des richesses naturelles que le Conservatoire du Littoral protège. La flore compte de nombreuses plantes, telles que l’arménie maritime, la silène maritime, la bruyère marine…

 

surf Quiberon

 

Afin de préserver l’avenir du patrimoine naturel de la Presqu’île, les constructions s’attachent à rester en harmonie avec la nature. Pour exemple, la nouvelle piste cyclable, entre Plouharnel et Penthièvre, est faite d’un revêtement naturel.
Déclarée station climatique en 1924, la commune de Quiberon a depuis développé son offre touristique.

 

euskadi-bodyboard-tv

 

Depuis novembre 2006, Quiberon est labellisée « Famille Plus », label en faveur de l’accueil des familles et des enfants. A ce jour, parmi les 66 stations labellisées, seules les communes de Quiberon et Saint-Quay-Portrieux portent cette marque en Bretagne.

La Presqu’île de Quiberon recense un grand nombre de spécialistes de la gastronomie bretonne, qui, grâce à l’environnement naturel et aux nombreuses traditions, propose plusieurs mets variés, riches et savoureux. Port Maria, un des deux ports de Quiberon et plus ancien port sardinier en France, compte aujourd’hui deux grandes conserveries : La Belle-îloise, créée en 1932 et La Quiberonnaise, créée en 1921. Ces conserveries, parmi les dernières à utiliser du poisson frais, doivent adapter leur production selon les saisons de pêche. La préparation manuelle des produits est restée la même qu’autrefois. La sardine en boîte est le produit phare des conserveries. Elle se prépare à l’huile d’olive ou d’arachide, aux épices, au citron… Mais d’autres préparations font également la renommée de ces conserveries, comme la soupe de poisson, les crèmes à toaster,les conserves de maquereaux…

 

surf Quiberon

 

« Saumon Fumé D’Irlande » et la « Maison Lucas » sont des fumeries artisanales. La société Saumon fumé d’Irlande a pour particularité, unique en France, de ne fumer que des poissons sauvages. Son saumon pêché en Irlande par le clan O’Domhnaill est, depuis 1976, fumé selon un procédé original à très basse température au bois de chêne. Ce savoir-faire artisanal développe les arômes et préserve les qualités nutritionnelles. La Maison LUCAS propose, en plus du poisson fumé, des spécialités qui contribuent à sa réputation, telles que le « thon saucisson », le tarama maison, les sardines marinées ou encore les rillettes de poissons. La Maison LUCAS possède un restaurant, « La Criée », qui propose chaque jour des poissons et des fruits de mer en provenance directe de la criée de Quiberon.

 

euskadi-surf-tv

 

 

Les plaisirs sucrés de la Presqu’île

Créée en 1946, « La Maison d’Armorine », autrefois appelée « Les Niniches », permet à une France d’après-guerre de redécouvrir le sucre. L’artisan confiseur propose aussitôt deux spécialités qui font depuis sa renommée : Les Niniches et Le Salidou. Les Niniches, longues sucettes, sont préparées à base d’un mélange de sucre naturel de canne et de glucose. Une cinquantaine de saveurs permettent de découvrir ces confiseries primées meilleur bonbon de France. Le Salidou est un fondant au caramel au beurre salé, fabriqué à base de sucre de canne, de lait et de beurre salé. On peut le déguster nature ou marié à un mélange d’amandes, de noix, de noisettes ou de cacao. La Palourde est une autre spécialité du confiseur. Il s’agit de couches successives de caramel au beurre breton et de fins pralinés amandes et noisettes. La fabrication de cette confiserie ne s’effectue que manuellement. La Maison d’Armorine ne se limite pas à ses trois produits et propose également des caramels bio, de la crème de Salidou, des confitures artisanales, des berlingots, des caramels aux algues… Les trois générations de confiseurs, qui utilisent une mécanisation minimum, n’ont cessées de respecter les traditions familiales.

En 1977, Henri Le Roux s’installe à Quiberon et créé le caramel au beurre salé, qui est élu meilleur bonbon de France en 1980. En 1981, alors que le caramel au beurre salé se répand de plus en plus en Bretagne et ailleurs, Le Roux dépose la marque « CBS ». En 1989, Henri Le Roux obtient le Coq d’Or du guide des gourmands pour son CBS et en 2003 , il est 1er ex-aequo pour le titre de Meilleur chocolatier de France au guide des croqueurs de chocolat. Le CBS, produit clé de la notoriété du chocolatier, n’est pas la seule douceur que prépare Henri Le Roux. Il produit également Le Massepin (à base d’amandes de Provence), La Ganache (chocolat à la crème et au beurre), Le Gianduja (à base de noisettes grillées, de sucre et de chocolat ), le Vert Galan (au gingembre confit et chocolat amer), Le Ch’tou (coque de chocolat amer enfermant un caramel tendre au beurre), …

 

bodyboard Quiberon

 

 

 

 

 

cropped-surf-quiberon-fr-banniere.gif  le site du Surf à Quiberon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s